Ethiopie

Provenance de nos cafés

ÉTHIOPIE : LE BERCEAU DU CAFÉ

Avec un volume de près 300 000 tonnes de café par an, l’Éthiopie est l’un des plus gros producteurs d’Arabica au monde, après le Brésil et la Colombie. Le pays n’exporte cependant que la moitié de sa production, l’autre moitié étant consommée localement.

 

L’Éthiopie se situe également au 2nd rang mondial des exportateurs Bio, après le Mexique. L’Éthiopie d’où est originaire l’espèce Arabica, présente une large diversité de variétés, toutes adaptées aux particularités de leurs régions de production, lesquelles constituent aujourd’hui de véritables appellations d’origine sur les marchés.

Le nom de Moka, que l’on attribue à la plupart des cafés provenant de ce pays, provient du nom de la ville de Moha (Yémen) par laquelle ont longtemps transité les exportations de café.

L’Ethiopie est un grand pays consommateur de café. Dès le XVIIè siècle, le café était utilisé en mélange avec des huiles ou des graisses animales (Bunakela). La population appréciait ce breuvage au pain ou encore à la viande car il répondait aux besoins nutritionnels d’une personne pour une journée entière ! Le café est également consommé sous sa forme torréfiée puis moulue ou bien, dans certaines régions, en infusion à base de feuilles de café grillées. Les feuilles peuvent aussi être utilisées pour leurs vertus médicinales.

Du point de vue économique, le milieu rural éthiopien est l’un des plus pauvres du monde. En dehors de quelques plantations d’Etat, 95% sont des petits producteurs, possédant entre 0,5 et 5 ha de terre dont au moins la moitié est cultivée en café.

Les systèmes d’exploitation sont souvent basés sur le café comme culture de rente, autour de laquelle sont mises en place des cultures de subsistance et des arbres fruitiers. Certaines exploitations représentent des parcelles plus importantes (jusqu’à 4 ha), le café y est installé en monoculture ombragée, associée au teff (céréale typiquement éthiopienne).